L'affaire Léon Sadorski, ou le roman qui m'aura le plus dérangé!

L'affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe est surement le roman qui m'aura causé le plus de gêne de 2016, et pour l'instant de toute ma petite vie de lecteur!
L'affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe paru le 25 août 2016 












Et voici le synopsis présent sur la 4ème de couverture : 
Avril 1942. Au sortir d'un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l'Occupation. Pétainiste et antisémite, l'inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d'un mari attentionné. Il fait très correctement son travail à la 3e section des Renseignements généraux, contrôle et arrête les Juifs pour les expédier à Drancy. De temps en temps, il lui arrive de donner un coup de main aux Brigades spéciales, d'intervenir contre les "terroristes". Mais Sadorski est brusquement arrêté par la Gestapo et transféré à Berlin, où on le jette en prison. Le but des Allemands est d'en faire leur informateur au sein de la préfecture de police... De retour à Paris, il reçoit l'ordre de retrouver son ancienne maîtresse, Thérèse Gerst, mystérieuse agent double que la Gestapo soupçonne d'appartenir à un réseau antinazi.

Ce roman faisait parti de la sélection officielle pour le prix Goncourt 2016.

Mon avis : 

Cette œuvre est très dure à lire, non pas pour cause d’un langage soutenu bien au contraire il est très familier, mais à cause de son point de vue. En effet  bien que le narrateur soit extérieur, le lecteur suit le point de vue de cet homme qui trompe sa femme, qui détruit des familles,…

Léon Sadorski est, pour moi, la personnification du mot monstrueux.

Si ce roman devait ce définir en un seul mot, il serait le mot troublant. Et encore, aucun mot n’est assez puissant dans la langue française pour décrire à quel point cette œuvre est déstabilisante.

En lisant ce roman, le lecteur est comme obligé d’accepter le point de vue de Sadorski et de l’adopter. En effet, dès le début, l’auteur et l’éditeur écrivent comme préface un avertissement car ce livre « est le reflet de son époque ».

Ce livre rejoint le nombreuse ligné des romans sur la guerre aux points de vues inattendus sur la thème de la Seconde Guerre Mondiale, Les Bienveillantes de Jonathan Littell, Il est de Retour de Timur Vermes, et bien d’autres encore.  

Cette fiction reste malgré tout un roman historique, il permet donc de montrer la vie à Paris sous l’occupation, mais aussi les prisons nazis pour les ennemis publics du régime nazi. Léon Sadorski permet aussi de montrer les mentalités dans les années 40. 

Cet ouvrage est un concentré de fiction affreuse avec un fond de faits réels. Sadorski étant un personnage fictif inspiré d’un réel monstre,  Louis Sadosky.


Ce livre ne plait et ne déplait pas. Il est très spécial, très frustrant, et risque de choquer ou blesser plus d’un de ses lecteurs.

Une lecture  bouleversante, et plus que troublante qui m'a, personnellement, bloqué et empêché de le terminer !

Je le conseille aux personnes curieuses mais aussi courageuses! Ce livre est une grosse prise de risques et a de nombreuses qualités, seulement, je n'ai pas été capable de le finir.



Commentaires